La Baie de Somme, patrimoine naturel exceptionnel
Découvrez un lieu naturellement exceptionnel et préservé où faune et flore vivent au grès des marées. Rencontrez nos guides et animateurs, tous originaires et amoureux de la région, ils partegeront avec vous leur passion : la Baie de Somme.

La Baie de Somme

01 janvier 1970
La Baie de Somme, estuaire de 72km² recouvert deux fois par jour par la marée est classée Grand Site de France et fait partie du club très fermé des plus belles Baies du Monde.
C'est l'un des plus grands estuaires du Nord de la France, situé entre la pointe de St Quentin en Tourmont au Nord et la pointe du Hourdel au Sud.  On dénombre trois ports en Baie de Somme : le port de St valery sur Somme, le Port du Crotoy et le Port du Hourdel.
La Baie de Somme est une zone frontalière située entre terre & mer mêlant l’eau douce des fleuves et l’eau salée de la mer (eau saumâtre).
Nous sommes en présence d' estuaires.
Grace à cette particularité, on y trouve une flore adaptée dite  halophile , ce qui signifie littéralement que ces plantes aiment le sel.
Réparties sur différentes zones de l’estran selon leurs tolérances d’immersion, ces plantes ont la faculté de résister momentanément au recouvrement par la marée.
Certaines sont comestibles et très appréciées des fins gourmets, reconnues pour leurs qualités gustatives et leurs bienfaits pour la santé. Parmis elles, on retrouve la salicorne (surnommée « passe-pierre »), l’aster maritime (appelée localement « oreille de cochon »), ou encore l’obione (appelée parfois « chips de mer). Riches en vitamines, en oligo-éléments et sels minéraux, dégustées crues en salade ou cuites à la façon des haricots ou des épinards, ces végétaux marins sont de plus en plus appréciés.

Depuis tout temps, la Baie de Somme est une terre nourricière pour l'avifaune migratrice mais aussi pour l’Homme…
150 pêcheurs à pieds professionnels récoltent chaque année ces végétaux marins mais aussi des coques (appelées localement hénon).
Cette activité traditionnelle s'est professionnalisée depuis de nombreuses années et se pratique autour d'une réglementation.
En Baie de Somme, on distingue deux milieux essentiels qui composent l’estuaire, la « slikke » et le « schorre ».
La « slikke » correspond aux zones les plus basses, quotidiennement immergées par les marées, où poussent par exemple les salicornes ou soudes maritimes…

Le « schorre » quant à lui représente les zones les plus hautes (appelés localement « mollières »), recouvert uniquement par grandes marées (dites marées de vives eaux). On y trouve notamment la puccinelle maritime, plante herbacée préférée des moutons de prés salés, l'obione ou le lilas de mer.

Sur les « mollières » de la Baie de Somme, ce sont près de 7000 moutons et agneaux qui viennent paître. Ils ont obtenu le label AOC « Agneaux d’estran » depuis 2007. Cet AOC est devenue une AOP en 2013.
Le cahier des charges implique entre autre aux éleveurs de faire pâturer les animaux en Baie pendant 75 jours. Très apprécié des gastronomes, c'est le 200 ème produit agroalimentaire français enregistré par la Commission européenne (hors vin et spiritueux). Le pâturage de ces ovins contribue également à l’entretien des prés salés.

La Baie de Somme est aussi l'un des plus grands carrefour migratoire d'Europe pour l'avifaune.

Avec près de 65% de l'avifaune migratrice d'Europe présente sur le site, on y'a dénombré plus de 310 espèces d'oiseaux qui font halte dans ce sanctuaire au fil des saisons. Leur stationnement est lié à la présence d'une nourriture abondante (invertébrés) dans les vasières.

La Baie de Somme abrite aussi la plus grande colonie de phoques de France. On dénombre lors des pics de population estivales jusqu’à 900 phoques en Baie de Somme (phoques veaux marin et phoques gris).

Les phoques veaux marin, les plus présents, mesurent en moyenne 1m80 pour 120kg et se rassemblent en colonie non hiérarchisée.

Le phoque gris, beaucoup plus imposant peut atteindre les 3 mètres pour 300kgs. 

La population est en constante augmentation grâce aux mesures de protection.
Ces mammifères marins profitent des bancs de sables de la Baie de Somme pour se reposer en colonie lorsque que la mer est basse.

Ils profitent de la marée haute pour se nourrir majoritairement dans la Baie.
La marée basse permet aussi l’allaitement des jeunes phoques veaux marin, les naissances ayant lieu aux mois de  Juin/Juillet.

La marée basse est le moment où ils sont les plus faciles à observer. Ces animaux sont sensibles aux dérangements et il faut maintenir une certaine distance avec eux afin de ne pas les perturber.

Pour les découvrir et respecter leur tranquillité, faites-nous confiance et prenez un guide !